Troubles alimentaires et vie de couple : quel impact et comment soutenir votre partenaire ?

par | 8 Fév, 2021 | Soutenez un proche

Vivre personnellement avec un trouble alimentaire est douloureux, mais très rapidement, il est possible que l’entourage en pâtisse à son tour. Le mal-être face à l’incompréhension, la culpabilité face à l’exaspération, l’envie d’aider face à l’impossibilité d’y parvenir. Un chemin qui parfois peut mener à la rupture s’il n’est pas détourné. Quelle est donc la place des partenaires dans le cadre du combat face aux troubles des conduites alimentaires (TCA) ? C’est ce que nous allons tâcher de voir.

Vivre avec une personne souffrant de TCA est souvent difficile.

– Comment comprendre les mécanismes de pensée complexes qui emprisonnent la personne que vous aimez?

– Comment repérer les cercles vicieux qui la mènent à bien des écueils ?

Plusieurs risques peuvent être rencontrés dans votre relation de couple, et parmi eux, il est possible d’en souligner les majeurs.

Frustration

Bien souvent, vous aimeriez pouvoir juste profiter de l’instant présent.

Or, pour une personne dont les TCA sont le quotidien, c’est difficile.

Chaque sortie au restaurant, voyage en amoureux, ou réunion de famille est effectivement sujet à crises et à une forme de mal-être.

Votre conjoint souffre de son image, et freine la plupart du temps cette socialisation qui vous tient tant à cœur. Les invitations sont refusées et vous restez à la maison, ensemble.

Votre guide offert :

Comment aider votre proche
souffrant de troubles alimentaires ?

5 astuces simples

Difficulté de communication

La communication se trouve souvent impactée négativement par les TCA de l’un des deux partenaires.[1]

Vous ne parvenez pas à comprendre pourquoi elle (ou il) se focalise autant sur des détails que vous-même ne voyez pas. Ayant sans cesse besoin d’être rassuré(e).

  • « Pourquoi est-elle tant obsédée par son poids ? »
  • « Pourquoi estime-t-il ne pas être assez musclé alors qu’il est superbement sculpté ? »
  •  » Pour quelles raisons elle ne partage pas les repas avec nous? »
  • « Pourquoi il se dévalorise sans cesse ? »…

Et tant d’autres interrogations sources d’incompréhension. Une incompréhension qui peut peser sur votre relation de confiance.

Impact sur la vie intime

Dans votre intimité, les complexes liés à un rapport au corps difficile sont un frein au lâcher-prise. Or, le fait de se laisser aller est nécessaire pour partager des moments de sensualité.[1]

Votre partenaire ne se sent pas bien dans sa peau. De ce fait,  il peut retarder autant que possible l’échéance du prochain rapport sexuel.  Le regard de l’autre, même désirant, est difficile  à assumer. Dotant plus si la personne a honte de son corps et le déteste. Cela peut mener à totalement se refuser.

Ce déphasage dans votre vie sexuelle est un point de plus pouvant vous affecter. Pourtant, ce n’est pas vous que votre conjoint rejette, mais lui-même.

Continuez à regarder votre conjoint(e) avec tout votre amour et votre coeur. C’est ainsi que vous lui prouverez que c’est une personne aimable, qui mérite votre amour et votre attention. C’est ainsi que vous l’aiderez à s’aimer, à se réparer et à s’estimer.

Insécurité

On peut noter une certaine crainte de l’abandon, chez les personnes ayant un trouble alimentaire. De fait, comme votre conjoint(e) a du mal à s’aimer et à avoir confiance en sa propre personne. Comme dit plus haut,  il(ou elle) peut douter de la sincérité de votre amour : « Est-ce que tu m’aimes vraiment? ». Persuadé(e) que vous pourrez facilement trouver mieux ailleurs, il (ou elle) peut montrer des marques de possessivité, de jalousie, voir même chercher à vous emprisonner pour ne pas vous perdre.

Soyez vigilant à votre positionnement : vous n’êtes ni son médecin ni son sauveur. En effet, votre attitude est capitale pour ne pas débuter un lien de dépendance, étant entendu que la relation de couple pour être saine, réside sur un équilibre, un partenariat.

Le couple, partenariat de choix pour surmonter un TCA

Les traitements des TCA sont encore un champ où tout est possible. Car jusqu’à maintenant, les solutions centrales étaient basées principalement sur les personnes aux prises avec ces troubles. Toutefois, il faut savoir que leurs interactions avec le partenaire ont un rôle non négligeable à jouer sur la voie de la rémission [2] [3].

Loin de devoir être le moteur principal, étant donné que la guérison ne pourra venir que de la personne en souffrance, le partenaire peut toutefois s’inscrire dans une démarche d’échange et d’évolution. Surtout, il ne faut pas choisir l’évitement de problèmes que vous pourrez constater. Faites face, même sice n’est pas facile.

Car oui, bien malheureusement, l’exaspération est le lot de bien des conjoints et conjointes. Désirant à tout prix aider l’autre et être en quelque sorte son sauveur, le constat que les efforts ne payent pas suscite de la frustration. Vous pouvez vous sentir démuni (e ). Alors que tout devrait être si simple, vous vous dites qu’une obsession vient tout gâcher, et adopter une posture de jugement, en vouloir à ce que vous pensez comme étant un manque de volonté de la part de l’autre.

Vous avez beau lui répéter, lui écrire, lui crier votre amour, mais rien ne semble le (ou la) rassurer.  Après tout, il lui suffit de faire abstraction de son alimentation, de son poids et de son apparence ! Eh bien non, c’est beaucoup plus complexe que cela, et il vous faut savoir que votre amour et votre compréhension permettront à votre partenaire de mettre à mal ses démons.

Et comment soutenir efficacement votre partenaire face au TCA ?

Vous pouvez l’aider par une attitude de  [4]:

Patience

Dans un 1er temps, vos propositions d’aide  sont susceptibles  être refusées, et parfois vivement rejetées. Pourquoi ? Car généralement, les personnes aux  prises avec un trouble alimentaire vivent un sentiment de honte à l’égard de leur rapport à l’alimentation et à leur corps. De ce fait, vos propositions d’aide peuvent être vécues comme une intrusion et susciter un besoin de se défendre. Prenez bien conscience que cela n’est pas contre vous-même.

Encouragez votre proche par des petits mots, des sms, des mails…

Non-jugement

Évitez de faire des reproches. Félicitez votre partenaire pour tous les changements que vous remarquez. Quand bien même ils sont minimes. Cela l’encouragera. Sachez que seul lui (ou elle) peut décider du moment et de la manière dont il (ou elle) souhaitera obtenir de l’aide.

Curiosité

Informez-vous sur les troubles alimentaires avec des sources fiables. Un trouble alimentaire va bien au-delà d’un rapport difficile à l’alimentation elle-même.  Ce n’est pas non plus de la vanité ni de la superficialité.

En effet, les troubles alimentaires sont des maladies.

  • Connaissez les symptômes et les signes d’alerte des troubles alimentaires tels que :

– la boulimie ou ;

– l’hyperphagie boulimique ou ;

– les troubles alimentaires atypiques. Ce sont les troubles alimentaires les plus fréquents, mais les moins connus.

Cela vous permettra d’apporter votre aide plus efficacement.

  • Partagez ce que vous avez appris avec votre partenaire et votre entourage.
  • Mettez-vous en contact avec les associations. Elles organisent parfois des groupes de paroles pour les proches.

Faites alliance avec les professionnels de santé 

Si la personne que vous aimez est suivie par une équipe soignante, en l’accompagnant à ses rendez-vous.

Votre guide offert :

Comment vous libérer des crises
de boulimie & d’hyperphagie ?

4 méthodes simples validées scientifiquement

Conclusion

Partager la vie d’une personne souffrant de TCA est un défi qui ne se relève pas seulement à deux :

– Votre partenaire ne cherche en effet pas à vous rendre malheureux(se) délibérément. La personne que vous aimez lutte contre elle-même. Et son combat est d’une grande complexité. Souvent il (ou elle) ne parvient pas à concevoir ce qui se passe en lui (ou en elle).

– Le trouble alimentaire se soigne au sein d’une prise en charge pluridisciplinaire. Vous n’êtes pas le thérapeute de votre partenaire.

Avec la patience et l’amour nécessaires pour dominer la situation, vous deviendrez un pilier dans la guérison de votre perle rare. Misez sur votre grande écoute, mais aussi sur votre patience et votre sens de l’échange constructif.

Vous n’êtes pas seul(e), d’autres couples traversent, et surmontent cette épreuve qu’est le trouble alimentaire. D’où l’importance de demander de l’aide lorsque vous ressentez le besoin de souffler.

 

Et vous, que faites-vous pour prendre soin de votre partenaire? 

Faites-nous part de votre expérience dans les commentaires ci-dessous.

SI vous souhaitez aider un maximum de couples à surmonter les troubles alimentaires, partagez cet article sur vos réseaux sociaux.

 

 

Sources

[1] Carina H. Dick, Susan L. Renes, Allan Morotti and Anthony T. Strange (2013) Understanding and Assisting Couples Affected by an Eating Disorder, The American Journal of Family Therapy, volume 41, pages 232-244.

[2] Jennifer S. Kirby, Cristin D. Runfola, Melanie S. Fischer, Donald H. Baucom et Cynthia M. Bulik (2015) Couple-Based Interventions for Adults With Eating Disorders, Eating Disorders, volume 23, pages 356-365

[3] Danielle M. Weber, Melanie S. Fischer, Donald H. Baucom, Brian R. W. Baucom, Jennifer S. Kirby, Cristin D. Runfola, Camden E. Matherne et Cynthia M. Bulik (2018), The Association between Symptom Accommodation and Emotional Coregulation in Couples with Binge Eating Disorder, Family Process, volume 58, pages 920-935.

[4]National Eating Disorders Center. Helping an Adult [en ligne] consultable sur https://nedic.ca/help-for-someone-else/ (06/05/2020)

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la lettre d’information et recevez les ressources

qui vous aideront à devenir votre meilleur coach !  

19 Commentaires

  1. André

    Hello, trop love cet article, j’adore ! Merci.

    Réponse
      • Maria

        Cool ! L’article est vraiment chouette !
        😁😁😁

        Réponse
    • Sabine

      Cest plus facile d’avoir quand on a le soutien de son compagnon !

      Réponse
  2. Jacob Patrick

    Bonjour, merci pour vos conseils concrèts. En plus ça tombe bien en cette période de St Valentin. J’aime bien votre conseil de « non jugement » : j’ai malheureusement tendance à reprocher à ma conjointe de ne pas participer au repas avec nos enfants. Pas évident mais on s’accroche.Continuez comme ça.
    J.P.

    Réponse
  3. Marie-Jeanne

    Pour être la personne qui n’était pas à l’aise avec son corps (avec un rapport compliqué à l’alimentation), je me reconnais dans la description du refus de la main tendue. Quand mon partenaire voulait m’aider ou me proposer de l’aide, je le rembarrait. Après coup, je m’en voulais mais je ne pouvais pas m’empêcher d’être dure avec lui. Le pauvre, il en a vu de toutes les couleurs.En plus, je culpabilisais : il était tellement attentionné… Malheureusement, l’histoire a cassé à cause de ça. J’en ai tiré des leçons pour mon couple d’après.
    Je confirme que la place du partenaire n’est pas toujours simple.
    Mais bon, tenez le coup.

    MJ

    Réponse
  4. Françoise

    Bonjour,
    Moi, je suis hyperphage, ca fait des décennies et je vis avec.. J’ai la chance d’avoir un conjoint qui me soutient dans mes hauts et mes bas. Clairement, ça change tout. Il ne faut pas rester seul, que vous soyez un homme ou une femme.
    Merci pour cet article.
    Bon courage à tous.
    Françoise

    Réponse
    • Florence Khor

      Bonjour Françoise,
      Merci de votre témoignage. c’est clairement un plus d’avoir un conjoint bienveillant qui vous soutient. Vous savez, souffrir d’une hyperphagie n’est pas une fatalité. on peut s’en sortir en étant suivi par une équipe pluridisciplinaire (avec des professionnels de la nutrition, de la santé physique et de la santé mentale).
      Je vous invite à consulter la page « Recevez de l’aide » de SerenAlim pour trouver une structure près de chez vous : https://www.seren-alim.com/recevez-de-laide/ . Bien à vous.
      FK

      Réponse
    • Sabine

      Bon courage Francoise !
      Ca ne doit pas etre Facile !!

      Réponse
  5. Françoise

    Merci pour le lien : il y a pas mal de structures.
    A bientôt.
    Françoise

    Réponse
  6. Tanlan

    Merci pour vos conseils.

    Réponse
  7. Melanie

    Je suis fan 😁 merci

    Réponse
  8. Sarah Kobet

    Encore faut-il que le conjoint soit au courant pour pouvoir aider. Beaucoup de personnes vive ce cauchemar dans le secret.

    Réponse
    • Florence Khor

      Bonjour Sarah, votre retour est juste. Les troubles alimentaires quels qu’ils soient sont trop souvent vécus dans la solitude, le secret. C’est souvent à cause d’un sentiment de honte. Et c’est dommage puisque ça retarde la demande d’aide. Pourtant il n’y a aucune honte à avoir puisque ce sont des maladies. Et ont peu s’en sortir en étant accompagné par des professionnels spécialisés. Vous pouvez trouver des coordonnées des spécialistes à la page Recevez de l’aide de SerenAlim : https://www.seren-alim.com/recevez-de-laide/.
      À bientôt.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?

Je suis Florence Khor, coach en sérénité alimentaire et en image de soi, psychologue spécialiste du traitement des compulsions alimentaires.

J’ai fondé SerenAlim pour aider celles et ceux qui veulent se libérer des compulsions alimentaires et reprendre le contrôle de leur vie. Pour vous aider à atteindre ces objectifs, je vous invite à télécharger gratuitement votre guide ci-dessous.

Votre guide offert :

Comment vous libérer des crises
de boulimie & d’hyperphagie ?

4 méthodes simples validées scientifiquement

Votre guide offert :

Comment aider votre proche souffrant de troubles alimentaires ?

5 astuces simples

error: Le contenu de ce site est protégé par le droit d\'auteur

Votre inscription a bien été prise en compte. Vous devriez recevoir votre guide dans 15 minutes. Si vous ne le voyez pas, regardez dans votre dossier indésirable et l'onglet promotions ou publicité, notamment sur Gmail.

Votre inscription a bien été prise en compte. Vous devriez recevoir votre guide dans 15 minutes. Si vous ne le voyez pas, regardez dans votre dossier indésirable et l'onglet promotions ou publicité, notamment sur Gmail.