Boulimie et hyperphagie : 8 astuces essentielles pour des fêtes zen

par | Coaching, Soutenez un proche

Vous avez des compulsions alimentaires ? Les fêtes peuvent être une véritable galère ! Tentations gourmandes omniprésentes, obligation de chercher des techniques pour garder le contrôle, pression des repas en famille : l’impression d’être observé(e) et jugé(e), la peur du craquage…
Et dans tout ça, il faut rester zen, pour que tout le monde passe de joyeuses fêtes !
Pourtant, l’angoisse des fêtes de fin d’année n’est pas une fatalité !
Pour vous aider à profiter de ces festivités, voici 8 astuces. Noël se fêtant généralement avec des proches, certaines de ces astuces sont aussi destinées à votre entourage.

Astuce n° 1 : Anticipez les fêtes en toute sérénité !

Pour diminuer votre appréhension et l’impression de subir : préparez-vous ! Cela aide à retrouver le contrôle de la situation.

Planifiez le déroulement des réveillons. Confiez vos inquiétudes à votre entourage. Ensemble, mettez-vous d’accord sur le menu, l’heure de service, la taille des portions et sur les personnes à inviter. Vous pouvez même faire un repas d’entraînement seul(e) et tranquille quelques jours avant. Ce sera un facteur de stress en moins à gérer au moment de ces repas que vous appréhendez.

Astuce n°2 : Que diriez-vous d’un souffle de détente ?

Pour aborder les fêtes avec un état d’esprit plus apaisé, profitez des bienfaits de la respiration ventrale. Cet outil simple et efficace est utilisé en thérapie cognitive et comportementale pour calmer l’anxiété.

Prenez quelques minutes chaque jour pour pratiquer la respiration ventrale.

Cela vous aidera à calmer votre mental, mieux dormir, avoir l’esprit plus clair pour aborder les préparatifs et les réveillons plus sereinement. Ci-dessous, des exercices proposés par un physiothérapeute (kinésithérapeute).  Ses explications sont claires et il fait des rappels réguliers pour adopter la bonne posture et le bon positionnement du corps.

 

Astuce n°3 : Créez votre équipe de choc pour surmonter les moments clés des réveillons

 

Les repas partagés sont souvent stressants si vous avez une relation difficile à l’alimentation :

– Comment dissimuler cette angoisse ?

– Que vont penser les autres ?

– Si seulement ils se concentraient sur leur assiette et pas sur la vôtre…

Vous savez, les personnes qui connaissent votre relation complexe à la nourriture peuvent également se sentir nerveuses, car elles ne savent pas comment se comporter.

– Que dire ?

– Que faire ?

– Et comment ne pas commettre d’impair ?

Pour surmonter votre appréhension de manger avec d’autres personnes, d’abord, créez votre équipe de choc. Choisissez les personnes bienveillantes de votre entourage qui connaissent votre situation. Ensuite, partagez avec ces personnes des informations sur les troubles alimentaires.

Cela leur permettra de mieux comprendre ce que vous pouvez vivre, et si vous traversez des moments difficiles pendant les festivités, elles pourront vous aider plus efficacement.

Peut-être que vous appréhendez des commentaires sur votre comportement alimentaire ou votre apparence de la part de convives qui vous connaissent peu.

Vous pouvez aussi convenir avec ces personnes de confiance d’un signal discret pour les solliciter en cas de besoin de soutien ou d’encouragement pendant les festivités (par exemple, lors d’un repas ou lors d’une conversation avec un tiers).

Astuce n° 4 : Trouvez l’équilibre

Si, par anticipation des repas de fêtes, vous avez décidé de modifier votre façon de manger en vous mettant à la diète, ou en jeûnant, vous augmentez le risque de craquage alimentaire le jour J.

– Le mieux est de trouver un compromis.  Basez-vous sur votre routine quotidienne et intégrez-y de la souplesse durant les repas de fêtes.

Cela diminuera la pression à devoir résister : vous serez moins préoccupé(e) par les tentations gourmandes qui vous entourent. Plus détendu(e) et présent(e), vous serez davantage disposé(e) à partager ces moments avec vos proches.

– Par ailleurs, essayez de ne pas compenser d’éventuels excès après les fêtes. Vous savez, par cette attitude qui consiste à vous dire :  « Ce n’est pas grave, parce que demain je ne mangerai plus rien ». Cela vous dit quelque chose ?

Votre corps est une merveille : il se rééquilibrera à nouveau lorsque vous lui donnerez la possibilité de se détendre.

Astuces pour aider une personne à profiter des fêtes

Astuce n° 1 : En petit comité pour plus d’intimité

Il peut être bienvenu d’effectuer les activités en petit comité.

Pour quelqu’un qui souffre d’un trouble alimentaire, il est généralement plus facile de se retrouver avec des personnes proches, appréciées et bienveillantes (famille, amis ou collègues).

Cela peut grandement contribuer à renforcer le sentiment d’appartenance et de sécurité. Demandez-lui s’il y a des personnes qu’elle a particulièrement envie de voir et conviez-les, si possible, aux festivités.

Astuce n°2 : La clé est de communiquer !

Il serait utile que chacun des membres de la famille parle honnêtement de ce qui peut aider ou non pendant les réunions festives.

Forts de ces échanges, vous pourrez organiser des festivités agréables où chacun se sent à l’aise pour s’exprimer, prendre plaisir et profiter de ces réunions sans avoir à marcher sur des œufs ni appréhender de commettre des impairs. Si des maladresses venaient à survenir, le fait d’avoir abordé auparavant le sujet du trouble alimentaire peut clairement dédramatiser la situation. Exprimez simplement à votre proche votre désir de le soutenir et soulignez que vous ne souhaitez pas le contrôler. Soyez donc à son écoute et mettez en place les actions qui peuvent l’aider.

Astuce n° 3 : Libérez-vous de la pression

Aborder les fêtes en toute sérénité c’est commencer par éliminer toute attente de performance à l’égard de votre proche.

Parfois, vous souhaitez tellement que les choses s’améliorent que vous ne réalisez pas à quel point vos espoirs et vos désirs peuvent susciter chez la personne que vous souhaitez aider une peur de vous décevoir. Or, la pression ressentie peut déclencher les symptômes du trouble alimentaire.

Montrez-vous chaleureux(se), exprimez de la gentillesse, de l’amour envers votre proche : « Tu n’as rien à nous prouver pendant cette période de fêtes. Ce qui compte est d’être ensemble afin de profiter au mieux de ces instants précieux ».

Le fait de ne pas avoir d’attentes particulières sera l’une des choses les plus bénéfiques que vous pourrez faire. Si votre proche sent que votre intention est de lui venir en aide sincèrement, vous deviendrez alors une source de réconfort, de soutien et de sécurité.

Astuce n° 4 :  Encouragez votre proche à s’entourer de personnes de confiance

Pendant cette période de fêtes, proposez-lui de rechercher du soutien auprès de personnes de confiance (famille, amis, professionnels de santé…).

Il peut en effet être plus facile pour la personne que vous soutenez de s’ouvrir à des tiers. Cela ne signifie pas qu’elle vous aime moins ou qu’elle n’a pas confiance en vous.

C’est justement parce qu’elle tient à vous qu’elle ne vous confiera pas tout ce qu’elle vit, l’intention étant de vous protéger.

Le fait que vous proposiez une aide extérieure n’enlève en rien le caractère précieux de votre soutien et de l’amour que vous portez à votre proche.

En conclusion

Planifiez avec vos proches.

Ensemble, parlez de vos préoccupations et trouvez des stratégies qui vous conviennent à vous et aux personnes avec lesquelles vous passerez Noël. Cela vous aidera clairement à passer de belles fêtes.

Et vous, avez-vous des astuces pour prendre soin de vous pendant les fêtes ?

Si vous connaissez des personnes que ces astuces pourraient aider, partagez-les avec elles.

N’oubliez pas qu vous n’êtes pas seul(e). Vous pouvez prendre contact avec des professionnels de santé, spécialistes des troubles aimentaires.

Vous en trouverez une liste dans la page Recevez de l’aide.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la lettre d’information et recevez les ressources

qui vous aideront à devenir votre meilleur coach !  

10 Commentaires

  1. Lucy

    Hello Florence, How are you doing ? Thank you.
    Peut-être auriez-vous pu parler de l’alimentation intuitive. C’est d’une grande aide.
    Best wishes
    Lucy

    Réponse
    • Florence Khor

      Hi Lucy, I’m fine, thank you. Je parlerai de l’alimentation intuitive dans un contenu ultérieur. Have a good day.

      Réponse
    • Fred Hernandez

      Hi Lucy, ton français s’améliore Bravo ! Je me mets à l’anglais donc je te comprends.

      Réponse
  2. Samantha

    Je n’aime pas la compagnie de beaucoup de membres de ma famille et j’ai une relation très fragile avec ma mère. Donc, même si ca va bien en ce moment, j’ai du mal à supporter les réunions, mais quand je me sens sur les nerfs, et qu’on attend de moi que je mange pendant que tout le monde regarde ce que je mange. Non, merci ! L’an dernier, j’ai quitté la table et suis rentrée chez moi. Et quel soulagement !

    Réponse
    • Camille

      Salut Sam, j’aurais aimé oser ne pas aller fêter Noel en famille… Car c’est eux qui gâche cette période j’ai toujours adoré cuisiner et décorer. Ce qui est parfait pour un exutoire. SAuf qu’à l’heure des repas, je ne mange pas car rassasiée à force de goûter et de manger les appéritifs.
      Joyeusses fêtesà tous.

      Réponse
  3. Gregory

    Merci pour ces astuces. Aujourd’hui, ça va mieux (on va dire que je vis avec mon rapport bizarre à la nourriture depuis une dizaine d’année). J’aurais aimé les avoir avant pour avoir l’idée de l’anticipation et la préparation. Quand j’avais 21 ans, j’ai réalisé que je pouvais siroter un verre tout en faisant semblant de manger. Par contre, quand je mange les repas en famille, l’angoisse mentale est toujours … un véritable supplice et le sentiment de honte est difficile.
    Bon courage à tous.
    Greg

    Réponse
    • Stephanie

      PLus que 11 jours avant que tout ce la se termine ! 😉

      Réponse
    • Florence Khor

      Bonjour Gregory,
      Merci pour votre partage d’expérience.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?

Je suis Florence Khor, la Psy qui vous coache pour une alimentation sereine.

Spécialiste du traitement des compulsions alimentaires,  j'ai fondé SerenAlim pour vous aider à :

  • vous libérer de l'emprise des crises de boulimie  ;
  • retrouver une alimentation apaisée.

 

Pour vous aider à atteindre ces objectifs, je vous invite à télécharger votre cadeau de bienvenue ci-dessous.

Votre guide gratuit :

Comment vous libérer des crises
de boulimie & d’hyperphagie ?

4 méthodes simples validées scientifiquement

Votre guide gratuit :

Comment aider votre proche souffrant de troubles alimentaires ?

5 astuces simples

Votre inscription a bien été prise en compte. Vous devriez recevoir votre guide dans 15 minutes. Si vous ne le voyez pas, regardez dans votre dossier indésirable et l'onglet promotions ou publicité, notamment sur Gmail.

Votre inscription a bien été prise en compte. Vous devriez recevoir votre guide dans 15 minutes. Si vous ne le voyez pas, regardez dans votre dossier indésirable et l'onglet promotions ou publicité, notamment sur Gmail.