Anorexie

Ce trouble alimentaire se manifeste par un poids dangereusement bas avec une peur obsessionnelle de grossir, une restriction alimentaire extrême et des distorsions de l’image corporelle.

L’anorexie est l’une des pathologies mentales les plus graves avec un taux de mortalité pouvant atteindre les 10 % (1).

 

Diagnostic de l’anorexie

Critères diagnostiques pour l’anorexie (DSM-5)

Selon le DSM-5, l’anorexie se manifeste par les signes suivants.

  1. Restriction alimentaire conduisant à un poids inférieur à la normale compte tenu de l’âge, du sexe, de la santé physique
  2. Peur intense de grossir ou de faire de l’embonpoint, comportements persistants visant à empêcher la prise de poids malgré une insuffisance pondérale
  3. Altération de la perception du corps : la personne se perçoit comme étant en surpoids. Influence excessive du poids ou de la silhouette sur l’estime de soi. Difficulté à prendre conscience de la gravité de la maigreur actuelle

2 types d’anorexie  selon la stratégie de contrôle du poids

  • Type restrictif : la perte de poids est provoquée et maintenue par le régime, le jeûne et/ou l’exercice physique
  • Type boulimique / purgatif : le poids est contrôé par des purges (vomissements, ou prise de laxatifs, de diurétiques) font suite à des crises d’hyperphagie 

Le degré de gravité de l’anorexie

Il se base sur l’Indice de masse corporelle (IMC).

L’anorexie est :

  • légère : IMC 17,5 kg/m2
  • moyenne : 16-16,99 kg/m2
  • grave : 15 -15,99 kg/m2
  • extrême : IMC < 15 kg/m2

L’anorexie atypique

Elle désigne les personnes qui présentent des signes d’anorexie sans être en état de maigreur. Cette forme d’anorexie est tout aussi grave que la forme classique d’anorexie.

Causes de l’anorexie

Voici des exemples de facteurs biologiques, psychologiques et sociaux qui favorisent l’anorexie.

  • Le genre : les femmes sont plus touchées que les hommes
  • L’internalisation de l’idéal de minceur : intégrer la croyance que la minceur est synonyme de beauté
  • L’âge : l’anorexie se développe généralement pendant l’adolescence
  • Certains traits psychologiques :

– le perfectionnisme (le besoin d’ordre, le souci du détail)

– la rigidité cognitive (qui provoque notamment de la difficulté à passer d’une tâche à une autre et à gérer les imprévus)

– le manque d’estime de soi

– le manque de confiance en soi

  • La difficulté à gérer ses émotions
  • Des liens d’attachement instables avec les figures parentales (des expériences de rejet, d’abandon)
  • Le surpoids pendant l’enfance
  • Les traumatismes : les maltraitances physiques, sexuelles, émotionnelles, les séparations et les deuils précoces
  • Le stress

Signes d’alerte de l’anorexie

Il est important de connaître ces signes au plus tôt pour demander de l’aide au plus vite et éviter les complications.

Ces signes peuvent être psychologiques, physiques, et comportementaux. Une personne peut présenter une combinaison de ces symptômes. Ci-dessous, vous en verrez quelques exemples.

Les signes psychologiques de l’anorexie

  • Une peur intense de prendre du poids
  • Une préoccupation excessive pour l’alimentation, la silhouette et le poids
  • Une altération de l’image corporelle : la personne se perçoit comme en surpoids alors qu’en réalité elle est en insuffisance pondérale
  • La personne n’aime pas son apparence
  • Un mode de pensée binaire (ex. la nourriture est considérée comme étant soit « bonne » soit « mauvaise »)
  • Un sentiment d’anxiété et/ou d’irritabilité à l’heure des repas
  • Une humeur dépressive
  • Une humeur changeante
  • De l’anxiété
  • Des difficultés de concentration

Les signes physiques de l’anorexie

  • Une perte de poids rapide ou de fréquentes variations de poids
  • La maigreur
  • Un sommeil non réparateur
  • De la fatigue
  • Des vertiges ou des évanouissements (2)
  • Une sensation de ballonnement, de constipation ou le développement d’intolérances alimentaires
  • De la frilosité la plupart du temps même par temps chaud
  • L’apparition de poils fins sur le visage et le corps
  • Des changements au niveau du visage (ex. apparence pâle, yeux enfoncés)
  • L’arrêt ou la perturbation des règles chez les femmes et la baisse de la libido chez les hommes

Les signes comportementaux de l’anorexie

  • Des comportements alimentaires restrictifs et sélectifs (ex. sauter des repas, compter les calories, éviter les groupes d’aliments tels que les graisses et les glucides)
  • L’évitement des repas avec d’autres personnes : volonté de manger seul(e)
  • Des mensonges en lien avec la nourriture : affirmer avoir déjà, ou trop, mangé alors que ce n’est pas le cas ; cacher des aliments non consommés
  • Des changements radicaux dans les préférences alimentaires (ex. détester soudainement des aliments appréciés dans le passé, devenir végétarien)
  • Des rituels autour de la préparation et de la consommation des aliments (ex. manger très lentement, couper la nourriture en très petits morceaux, insister pour que les repas soient servis exactement à la même heure chaque jour)
  • Un fort intérêt pour la cuisine : les recettes, la préparation de repas pour les autres
  • Un retrait social, de l’isolement
  • Des comportements répétitifs de vérification du poids et de la silhouette (ex. se peser plusieurs fois par jour, se regarder dans le miroir, se pincer la taille ou les poignets)
  • L’utilisation abusive de laxatifs, de coupe-faim, de lavements et de diurétiques
  • De l’exercice compulsif ou excessif (ex. faire son footing même par mauvais temps, continuer à faire de l’exercice en étant malade ou blessé, et éprouver de la détresse si l’exercice n’est pas possible)
  • Porter des vêtements amples pour cacher son corps
  • Des comportements autoagressifs : toxicomanie, scarifications ou tentatives de suicide

Conséquences et complications de l’anorexie

  • Perte de densité osseuse (ostéoporose)
  • Érosion de l’émail des dents
  • Difficultés de conception, infertilité
  • Dommages cardiaques (ex.arythmie)
  • Insuffisance respiratoire
  • Sécheresse de la peau
  • Affaiblissement du système immunitaire
  • Isolement social
  • Boulimie
  • Hyperphagie boulimique
  • Si l’anorexie n’est pas traitée à temps elle peut être mortelle (décès par suicide ou suite aux complications somatiques)

 

La plupart des altérations causées par la maladie peuvent être empêchées et sont réversibles avec un traitement adapté. N’hésitez pas à prendre contact avec votre médecin traitant.

N'oubliez pas que des professionnels de santé spécialisés
dans les troubles alimentaires peuvent vous accompagner.

Recevez de l'aide

Newsletter

inscrivez-vous à la lettre d’information et recevez les ressources

qui vous aideront à devenir votre meilleur coach !  

Qui suis-je ?

Je suis Florence Khor, coach en sérénité alimentaire et en image de soi, psychologue spécialiste du traitement des compulsions alimentaires.

J’ai fondé SerenAlim pour aider celles et ceux qui veulent se libérer des compulsions alimentaires et reprendre le contrôle de leur vie. Pour vous aider à atteindre ces objectifs, je vous invite à télécharger gratuitement votre guide ci-dessous.

Votre guide offert :

Comment vous libérer des crises
de boulimie & d’hyperphagie ?

4 méthodes simples validées scientifiquement

Votre guide offert :

Comment aider votre proche souffrant de troubles alimentaires ?

5 astuces simples

error: Le contenu de ce site est protégé par le droit d\'auteur

Votre inscription a bien été prise en compte. Vous devriez recevoir votre guide dans 15 minutes. Si vous ne le voyez pas, regardez dans votre dossier indésirable et l'onglet promotions ou publicité, notamment sur Gmail.